Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 08:46

La nouvelle constitution, fruit des luttes des forces démocratiques

La Tunisie vient de se doter d’une nouvelle constitution après deux ans d’incertitude et de tergiversations. Dés l’annonce de la nouvelle, l’euphorie a envahi l’hémicycle. Les députés du parti islamique et leurs acolytes au sein de la troïka jubilent. Le plus étonnant voire amusant lors de la signature de la constitution, c’est la joie intense de notre pseudo-président. Celui-ci tout en ébullition érige victorieux la constitution comme un étendard. En adoptant cette attitude, le pouvoir en place cherche à s’attribuer la paternité de la constitution. Sachant que la finalisation et le bouclage de la constitution ne revient absolument pas de la volonté de la troïka et à leur tête le parti islamique mais résulte plutôt de la volonté du peuple et à leur tête les forces démocratiques matérialisées dans la société civile et les mouvements progressistes. D’ailleurs, les islamistes et leurs partenaires au pouvoir n’ont pas cessé d’utiliser de différents et de multiples subterfuges pour retarder la finalisation et l’adoption définitive de la constitution et de se maintenir aux commandes de l’Etat le plus longtemps possible.

Certes, la constitution tunisienne est le résultat d’un large consensus imposé par les circonstances dramatiques qui ont émaillé la Tunisie. Pour l’universitaire Latifa Lakdhar « c’est le résultat d’un rapport de forces largement engagé par un ensemble de données politiques endogènes et exogènes qui sont évidentes ». Les assassinats politiques, les meurtres commis contre les forces de l’ordre et l’armée tunisienne, la montée du terrorisme soutenu par une large frange de la troïka, la dégradation économique… d’une part et la mobilisation des forces progressistes toutes tendances confondues d’autre part avaient contraint le parti majoritaire d’adopter une posture conciliante. Notons que les concessions faites par le parti des frères musulmans ne reflètent en rien sa métamorphose en parti démocratique comme peinent de le croire certains. Ce n’est qu’un repli tactique pour booster leur force écornée par une mauvaise gouvernance dans tous les domaines.

La nouvelle constitution est le fruit d’une mobilisation sans précédent contre le projet de remise en cause du mode sociétal de la Tunisie. Selon un commentateur tunisien « Force est de constater que lors de l’écriture de la constitution de 2014, la société civile tunisienne a fait montre d’une vigilance et d’une capacité de mobilisation extraordinaire pour éviter à la Tunisie les risques de choix de la constituante ». Il est de même pour Iyad Ben Achour « c’est une œuvre collective, avec des acteurs et des dizaines d’associations qui ont pesé à l’extérieur de l’assemblée. C’est une avancée considérable ».

La nouvelle constitution à l’aune des analyses de plusieurs commentateurs de toutes tendances malgré les lacunes et les imperfections, constitue un progrès indéniable.

Alors, ne laissons pas le monopole de la joie aux membres de la majorité. Réjouissons-nous également de la conclusion de cette œuvre majeure.

H.A

Appel à une table rode sur la nouvelle constitution ; les intervenants: Syrine Ismaeili, Tawfik Allal, Mahmoud El May, Houssem Khlifi et le modérateur Sief eddine Ben Mansour
Appel à une table rode sur la nouvelle constitution ; les intervenants: Syrine Ismaeili, Tawfik Allal, Mahmoud El May, Houssem Khlifi et le modérateur Sief eddine Ben Mansour

Appel à une table rode sur la nouvelle constitution ; les intervenants: Syrine Ismaeili, Tawfik Allal, Mahmoud El May, Houssem Khlifi et le modérateur Sief eddine Ben Mansour

Partager cet article

Repost 0
Published by ATNF
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : associationdestunisiensdunorddelafrance
  • Contact

Bienvenue sur ATNF

france-tunisie2.pngATNF: créée en 1993, l'association des Tunisiens du Nord rassemble des personnes d'origine Tunisienne, vivant dans le Nord-Pas-de-Calais et revendiquant une citoyenneté d'ici et là-bas. La lutte contre les discriminations et le racisme dans la société Française fait partie des objectifs de l'association, mais aussi la défense et la promotion des droits de l'Homme, et notamment des droits des femmes en Tunisie.

ATNF afit au quotidien sur le territoire du Nord-Pas-de-Calais, en partenariat avec diverses associations, telles que la Ligue des Droits de l'Homme, pour faire valoir la citoyenneté des migrant(e)s d'origine tunisienne au sein des deux territoires.

ATNF vient de fêter l'anniversaire de la chute du régime de Ben Ali, évènement à l'occasion duquel l'association avait été amené à jouer un rôle de leader et de catalyseur des revendications sociales des tunisiens au sein du territoire Nord-Pas-de-Calais. C'est naturellement que les membres de l'association s'interrogent sur le renouveau politique et le modèle démocratique proposé désormais en Tunisie, car le choix des dirigeants et le changement de législation a nécessairement un impact sur les citoyens immigrés et vivant sur notre territoire. Le statut des femmes pose notamment question: le nouveau régime sera t-il porteur d'une évolution pour les droits de l'Homme, pour ceux des femmes d'une évolution pour les droits de l'Homme, pour ceux des femmes en particulier, pour l'égalité entre les sexes et les libertés individuelles ? Ces questions ont mené ATNF à porter au sein du territoire régional un projet de séminaire interrogeant ces problématiques d'actualité.

l'ATNF est membre de la Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) au niveau national.

Recherche

Liens